Un premier vol à la Sainte Baume


C'est l'Automne, depuis plusieurs semaines des épisodes dits « méditerranéens » balayent notre région. Lorsqu'il ne pleut pas, le vent est fort, très fort, trop fort pour voler !!! La plupart du temps, dès qu'il y a coin de ciel bleu c'est du vent de secteur nord et il fait froid, très froid !

Mathilde et moi n'avons jamais volé par vent de secteur nord dans le région mais uniquement du côté de Séderon. Cela s'explique un peu parce que nous connaissons bien le caractère rafaleux du fameux Mistral qui aime tant traverser notre région et un peu aussi parce que les sites qui volent en nord chez nous sont rares et plutôt (très) pointus que ce soit en terme de pilotage ou d'analyse aérologique.
C'est dans ce contexte que germe dans nos têtes l'idée de faire un vol à la Sainte Baume. Partant du constat que le Sainte Baume n'est pas un site FFVL officiel, même si le site internet des abeilles du plan d'aups présente bien les lieux, il va nous falloir un guide...

La providence fait que ce guide potentiel nous avons la chance de l'avoir depuis quelques temps aux pins volants, c'est Rodolphe, un compétiteur très doué qui travaille, habite et vole sur la Sainte Baume... Il aime partager ses connaissances dans le domaine du parapente notamment sur son site http://Skyriding.fr

Le 10 novembre 2019, les conditions semblent favorables pour un vol à la Sainte Baume. Du vent de secteur Nord est attendu avec une bonne vingtaine de km/h prévus sur la fin de matinée avant de se renforcer en début d’après-midi. Il fait 0°C dehors et avec le vent présent dès l'aube la température ressentie est encore bien inférieure ! Mathilde renonce.

Avec la magie de l'application « Whats App » nous nous retrouvons une bonne dizaine de pilotes de différents clubs n'ayant jamais volé à la Sainte Baume en compagnie de notre gentil guide Rodolphe.
Le rassemblement prend un certain temps, nous montons en nous disant bien que les chances de voler seront minimes.

Arrivés sur la crête nous apercevons du monde en l'air, ce sont les parapotes des Ailes de Signes. Là on y croit !!! On se dit quand même que ça va être mouvementé...
Nous voilà sur le déco, ça décolle alors oui pour décoller ça décolle fort !!! On commence la préparation et le vent accélère, les décollages deviennent dangereux, en l'air on voit des oreilles apparaitrent et même si on ne pouvait pas le voir, on se doutait bien que certains devaient serrer les fesses !!! A l'exception de Rodolphe qui nous fait une magnifique démonstration de maîtrise de voile (voir vidéo) ,




Nous renonçons pour la plupart et redescendons à pieds... 
Ce décollage est technique car le vent y accélère très vite mais une fois en l'air, le vent n'excédait pas les 18 km/h permettant un vol de 2h dans de généreux thermiques pour Rodolphe.

Il faut accepter que ce n'était pas le jour de notre premier vol à la Sainte Baume. La revanche n'en sera que meilleure...

Jour J : Samedi 30 octobre 2019 à 00 h 01 !!!

Et oui pour faire un vol comme celui-là il faut se lever tôt ! ;-) Vous me croyez pas ? Lisez la suite...

Donc il est minuit passé à Cuges-les-pins, la réunion du comité directeur des pins volants se termine, on a bien rigolé avec un JC en super forme (ceux qui le connaissent bien comprendront ;-) ). En parlant du petit créneau repéré pour la fin de matinée prévu en nord tournant au nord ouest puis sud-ouest, bizarrement, je ne sens personne vraiment emballé.

Qu'a cela ne tienne après une semaine de boulot bien chargée (ca reflète pas vraiment la réalité mais au moins c'est politiquement correct) Mathilde et moi avons besoin de « prendre l'air » dans tous les sens du terme. Gravir la Sainte Baume va nous faire le plus grand bien et si on vole et bien c'est juste la cerise sur le gâteau !!!. On met le réveil à 08h00 (un sacrilège pour un samedi !!!) et nous voilà en route pour un bon repérage d’atterrissage en règle. Le triangle de la tourne est bien visible, trois chemins de terre qui forment un triangle. On a de la chance ils sont remplis d'eau, enfin de glace, on devrait bien le voir d'en haut. Nous voilà rassurés, c'est un boulevard avec deux bons repères qui sont l’hôtellerie de la Sainte Baume et les chambres d'hôtes la maison rouge. On part donc direction le parking du centre de vacances de la Pastorale munis du code du cadenas et nous garons notre voiture en prenant soin de bien refermer le portail.

10 h 15 on monte par le chemin facile que nous a montré Rodolphe, il est plus long mais il permet de profiter de la magnifique vue depuis la crête. Dès le début de la montée, on rattrape un groupe dans lequel je crois reconnaître Pablo, il s'agissait en réalité d'un groupe de mémés toutes équipées de matos lights sur le dos. (ça j'avoue que je suis pas sûr). Elles n'ont pas osé nous demander ce qu'on transportait dans nos gros sacs donc on a échangés justes des sourires et des bonjours.

Arrivés au sommet, il est 11h00 on est pris au piège de la Sainte Baume, nous sommes envoûtés par la vue comme Ulysse par le chant des sirènes, d'un côté la mer et la capitale du parapente Cuges-les-pins et de l'autre la Magique Sainte Victoire et des sommets enneigés en arrière plan. Ressaisissons-nous cette fois il ne faut pas rater le créneau  et il reste encore 15 minutes de marche...

11h15 nous sommes sur le décollage, il n'y a pas de manche à air, soit, je trouve un vieux morceau de rubalise dans une touffe de thym que j'attache au bout d'un bâton, ça fera l'affaire. On se retrouve Mathilde et moi bien seuls au déco. Et là me revient en tête un dicton de JC du style « Si tu te retrouves seul sur un déco un week-end, poses-toi les bonnes questions ! »
On analyse la situation, le vent est plein nord, juste ce qu'il faut pour décoller sans se faire arracher. On se dit que sans vent on ne décollerait pas de ce site qui comporte plusieurs restanques sous le déco. Lorsque la décision est prise de se préparer notre manche à air de fortune commence à faiblir et à nous indiquer de petites rentrées en Nord Ouest comme prévu par notre analyse météo. On pensait décoller plus tôt !!! Il est bientôt midi. On se dit que le vent commence à tourner et qu'il va falloir vite décoller si on ne veut pas se retrouver sous le vent.

Tout a coup nous apercevons deux (vrais cette fois) parapentistes en approche sur la crête, il s'agit de Christelle et Renaud à qui j'avais parlé de notre projet de vol à la Sainte Baume quelques heures plus tôt lors de la réunion du comité directeur des pins volants. Là, nous voilà rassurés, nous ne sommes pas seuls, nous sommes d'accord sur l'analyse et la stratégie à mettre en place pour effectuer ce vol.
Durant le préparation, l'intensité du vent baisse et les créneaux vents de travers se font plus nombreux, le choix du créneau devient important.

Mathilde s'élance en premier, en faisant un beau gonflage ! 


Ca décolle en bout de piste et ça monte...


Puis c'est au tour de Christelle, un décollage nickel, carré !!!


Puis c'est mon tour, je suis pressé, trop pressé, je gonfle ma voile sur un mauvais créneau, je cours quelques mètres puis ne s'entant pas suffisamment la voile dans mes commandes, je stoppe pour mieux recommencer sur un créneau plus alimenté et mieux orienté.

Le temps que je me remette en place, Renaud décolle sans souci...


Je suis le dernier à décoller. Je commence à partir vers l'ouest le long de la crête en me disant qu'il ne faudra pas aller loin pour ne pas se mettre sous le vent de la crête qui fait un virage. Ca tenouille, je fais rapidement demi-tour, je sens bien la tendance Nord ouest et que j'ai un peu de vent dans le dos. Ca tenouille toujours et je prends même quelques petites ascendances mais elles sont suivies de dégueulantes équivalentes, les bouts d'ailes de ma voile me parlent et me disent que rester au relief ne serait pas une bonne idée. Devant moi Renaud a quitté le relief, je fais de même lorsque je suis a peu près au niveau de l'hotellerie de la Sainte Baume. Je fais mon virage, je me mets face au vent et là, j'ai l'impression de ne plus avancer, (l'analyse de mon vario m'indiquera 12 km/h) bras hauts, au contact de la voile, mon vario fait retentir l'alarme taux de chute programmée à -2,5 m/s. Dès son retentissement j'entame un virage pour tirer des bords vers l'atterrissage ce qui me fait reprendre immédiatement une vitesse et un taux de chute acceptables. J'ai le temps d'admirer le paysage et de voir Renaud tenter de profiter de la chaleur d'un feu d'herbes de paysan pour rallonger son vol. Je tente une nouvelle fois de me mettre face au vent, rebelotte, ça descend, je rectifie à nouveau et me fait une raison, je profite paisiblement de ma fin de vol et vais atterrir à quelques mètres de Mathilde, en douceur porté par un vent soutenu jusqu'au sol, tout content de ne pas avoir eu le gradient récurrent que nous avons eu lors de nos derniers vols. Je retrouve Mathilde qui m'explique avoir fait exactement le même vol que moi.

Christelle et Renaud on atterri à l'autre bout de l'atterrissage nous les rejoignons, faisons une belle photo souvenir et rentrons ensemble à pieds aux voitures laissées à la Pastorale et nous nous quittons heureux de notre premier marche et vol à la Sainte Baume.

Alexandre Z





Photographies du bas : Renaud U.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Bienvenue

Résultat du Concours Logo Les Pins Volants